LE TECHNOLECTE DE L'ENTREPRISE TRADUIT DANS CHAQUE LANGUE

La traduction technique comme partie intégrante des produits et de leur compétitivité

La communication imprimée est de plus en plus spécialisée et multilingue. La conquête de nouveaux marchés internationaux relève tout d'abord de la traduction de la totalité de ce que l'on appelle le technolecte d'entreprise vers les langues de ces mêmes marchés ciblés. Tout le patrimoine technique, tout le savoir-faire commercial, toute la connaissance marketing et publicitaire, bref tout le knowledge management de chaque entreprise doit être minutieusement traduit et validé afin d'assurer la compétitivité et l'attractivité des produits/services proposés.

À l'ère de la mondialisation, voilà la condition préalable pour bien exporter. Il faut ainsi multiplier la terminologie et les phraséologies spécifiques à l'entreprise - généralement cumulées et affinées pendant des années - par le nombre de langues (et leurs géostyles) correspondant à celles des marchés visés.

La tâche n'est pas simple : tout amateurisme ou approximation amène à des échecs cuisants et surtout très coûteux.

En effet, les traductions font partie intégrante des produits et des services et en constituent souvent un facteur primordial de compétitivité. Leur qualité, d'ailleurs, relève essentiellement du bien-fondé des glossaires terminologiques et phraséologiques validés à l'avance.

Comment s'y prendre ? Suivez nos sujets apparentés et vous comprendrez vite.